Les cinq minutes de gros mots !

IMG_0305

Chez nous les gros mots sont interdits, nous les laissons à l’entrée avec nos chaussures.

J’attache depuis toujours une importance toute particulière aux mots et j’essaie modestement de transmettre à La Tête Brune ce goût pour la langue française.

Je m’efforce- tant que faire se peut- d’employer un vocabulaire choisi, varié et je le corrige afin qu’il s’exprime correctement.

Je ne suis jamais aussi fière de lui que lorsqu’il formule une phrase avec les mots  » malgré le fait que » (malgré que),  » tu vois le truc dont je te parle » (que je te parle), « je vais y aller en revanche… »(par contre)…

Cela n’a l’air de rien, mais pour moi c’est une lutte de chaque instant pour ne pas céder aux facilités de langage, au verlan, et aux petits mots du quotidien ; et depuis peu c’est aussi une lutte pour lui car il rentre  » très enrichi  » de l’école.

Tranche de vie :

Un soir après l’école, alors qu’il était très excité, je l’ai vu courir partout en disant :

–  » CHIER CHIER CHIER CHIER CHIER « 

Regard noir et accusateur de la Mère

–  » Qu’est qu’il y a Mama ? Tu crois que j’ai  dit « chier » hein ? Mais « chier » je sais que c’est un gros mot, alors « chier  » je le dirai pas hein…

Regard amusé de la Mère devant l’audace de l’Enfant

J’ai donc réfléchi au sujet et je me suis dit que plutôt que de les proscrire, il valait mieux en rire ensemble et cadrer ces débordements.

J’ai donc instauré – en cas de crise – les  » 5 minutes de gros mots « .

En cas de débordement de langage la Tête brune peut solliciter « 5 minutes de gros mots » un espace libre où tous les mots sont admis sans aucun risque de sanction.

Au démarrage, il y a deux ans maintenant, au bout d’une minute il était à bout avec :

 » cul/ cul-cul /crotte de cul/ et toutes déclinaisons »

Il y a un an sont entrés dans cet espace  :

 » merde ( merci maman : la mienne)/putain/

et cette année les 5 minutes sont largement employées grâce à l’école :

 » saouler/couilles/con/enculé ( ça veut dire quoi mama?)

Cette démarche peut paraître spéciale je vous le concède, néanmoins nous rigolons énormément des mots qu’il énonce du bout des lèvres …

C’est un réel espace de liberté et d’échange.

C’est l’occasion d’évoquer ensemble à quelle occasion il a entendu ces mots, lui en donner le sens, les armes pour y répondre sans injurier…

J’ai un peu galéré sur le  » fils de pute… » mais j’y suis parvenue.

Ce soir, il m’ a raconté qu’un Grand lui avait fait un doigt d’honneur parce qu’il avait pas voulu aller chercher un ballon ( mon fils n’est pas une victime :-)), il lui a répondu avec un pouce en l’air et en lui disant ; « super ! « , et a continué son chemin…

Tout est question de mesure bien entendu, à nous parents de rester vigilants pour ne pas couper nos enfants du monde réel avec des règles trop strictes et cette méthode -pour l’employer depuis un moment maintenant- est une bonne solution pour  » contenir  » les gros mots, échanger, créer de la confiance…

Et chez vous les gros mots ?

Prenez soin de vous les chéris,

Bonne fin de semaine,

Cha ( Mamak)

Lien musical : Requiem pour un con de Gainsbourg

Publicités